Traitement médicamenteux anti-chute

Le Minoxidil, en application locale à 2 ou 5%

Ses effets se voient au bout de deux à trois mois, par l’arrêt de la chute, une légère repousse peut être observé au bout de six mois, ces résultats sont significatifs dans un cas sur trois, à condition de l’appliquer avant l’âge de 25 ans, deux fois par jour, matin et soir, tout au long de sa vie sans interruption !

Son principal effet secondaire : une irritation du cuir chevelu peut apparaître. Il est contre-indiqué chez la femme enceinte et pendant l’allaitement.

Limites : dès l’arrêt du traitement, l’alopécie reprend son cours.

Le Finastéride par voie orale (Propécia)

Il agit en effet en bloquant la 5-alpha-réductase, enzyme responsable de la forme active de la testostérone en DHT ou di-hydro-testostérone responsable de la chute des cheveux. La concentration de DHT peut diminuer jusqu’à 60% dans les zones critiques.

L’effet se voit entre le troisième et le sixième mois. Son efficacité semble plus grande au niveau de la tonsure.

Le Finastéride est exclusivement réservé aux hommes. Il est contre-indiqué chez les femmes enceintes ou susceptibles de l’être. Le traitement est à vie.

Des effets indésirables ont été rapportés : ils sont rares et transitoires pendant la durée du traitement ou réversibles lors de son arrêt : diminution du désir sexuel (libido), et des troubles de l’érection chez 2 % des hommes.

Autres méthodes :

  • Les massages du cuir chevelu : en activant la circulation sanguine.
  • La mésothérapie peut être utile,
  • Les conseils classiques d’hygiène de vie : régime bien équilibré, pratique du sport, utilisation de shampooings adaptés, peu agressifs, éviter les  » brushings  » trop énergiques, les colorations fréquentes, les sèche-cheveux trop chauds, les défrisages, permanentes ou décolorations intempestives
  • Le micro-tatouage du cuir chevelu peut masquer une calvitie notamment chez le sujet brun,
  • Les perruques : seuls 2 à 3% des sujets motivés y recourent.