Rôle du coiffeur face à une chute de cheveux

Perte de cheveux - chute de cheveux -calvitie - chirurgien esthétique - Docteur Aziza

La perte de cheveux entraîne une alopécie, c’est-à-dire une baisse de la densité des cheveux qui peut aboutir à une disparition complète des cheveux.

Il faut savoir que sur un cuir chevelu normal, il existe en moyenne entre 80.000 et 120.000  cheveux aussi bien chez l’homme que chez la femme. Chaque cheveu pousse à son rythme selon une séquence bien définie que l’on appelle cycle capillaire : la durée de vie moyenne d’un cheveu est de 5 à 7 ans, le cheveu vit un peu plus longtemps chez la femme.

Le coiffeur est en première ligne pour constater une chute de cheveux : le problème est de savoir si cette chute est normale ou révèle une maladie particulière.

On perd chaque jour en moyenne entre 50 et 100 cheveux. Il s’agit d’une chute physiologique, chaque cheveu qui tombe est normalement remplacé par un autre en phase de croissance.

Au delà de ce nombre, la chute est anormale et devrait inciter à consulter son médecin traitant.

Quelles sont les cause d’une chute de cheveux ? Une chute importante se constate lors du shampoing :

    • Il peut s’agit d’une chute normale et physiologique comme nous l’avons vu jusqu’à 50 à 100 cheveux par jour. Au delà, la perte des cheveux signe un processus anormal.
    • Chez une femme, la chute peut être occasionnée par des brushings intempestifs qui entraînent un arrachement du cheveu, des défrisages ou des teintures mal adaptées pouvant altérer la vitalité du cheveu : d’où l’intérêt de s’adresser à un professionnel du cheveu, un coiffeur correctement formé qui saura vous conseiller au mieux dans le choix des procédés et des produits à utiliser.
    • Certaines techniques de fixation des prothèses capillaires sont parfois traumatisantes pour les cheveux par traction excessive et arrachement du cheveu. Les extensions de cheveux quand elles sont trop importantes peuvent avoir le même effet.
    • La chute la plus classique chez l’homme est un processus évolutif de calvitie avec ses différents stades. Pus une calvitie débute tôt, plus elle risque d’être importante. Elle peut démarrer au moment de la puberté dès l’âge de 16-17 ans. Cette chute est mal vécue et génère souvent des complexes liés à la symbolique des cheveux : force et puissance. Il n’existe malheureusement aucun traitement médical efficace contre la calvitie, car la chute des cheveux est génétiquement programmée, inscrite dans notre ADN. La seule solution est le recours à des micro-greffes de cheveux dont le résultat reste naturel si l’intervention est réalisée dans les règles de l’art.
    • Parmi les autres causes classiques, on peut citer le stress sous toutes ses formes, qu’il soit psychologique (travail, fatigue, choc émotif tel que le décès d’un proche, un divorce…,) ou après une intervention chirurgicale,  voire un accouchement. Une femme peut perdre jusqu’à 30% de sa chevelure après un accouchement, tout revient à la normale au bout de 6 mois. La caractéristique de ces chutes secondaires à un stress, est qu’elles ne sont que temporaires et jamais définitives. La densité redevient normale dès que l’effet du stress disparaît, parfois sur plusieurs semaines.
    • Une perte de cheveux peut survenir après un régime amaigrissant mal équilibré, un manque en vitamine (vitamine B notamment) ou en éléments minéraux (manque de Fer notamment chez les femmes ayant des règles abondantes), carence en protéines.
    • Des médicaments peuvent être à l’origine d’une chute des cheveux (certaines pilules contraceptives, médicaments contre l’excès de cholestérol, anticoagulants …).
    • La pollution atmosphérique peut également être source de chute de cheveux, généralement temporaire et non définitive.
    • La chute de cheveux peut enfin révéler certaines maladies plus générales ou problèmes dermatologiques du cuir chevelu qu’il convient de confier à un médecin spécialiste (pelade par exemple).

 

  • On citera la trichotillomanie, véritable tic d’arrachement par enroulement des cheveux autour des doigts, entraînant des zones totalement dégarnies.

 

Le coiffeur saura donc reconnaître une chute anormale imposant une consultation chez un médecin, ou pourra simplement rassurer quand la chute ne dépasse pas quelques dizaines de cheveux chaque jour.

 

Dr Richard AZIZA

www.docteuraziza-cheveux.com

5 janvier 2018 à 4:12