Pourquoi perd-on ses cheveux ?

C’est la conséquence de phénomènes complexes liés à une double action, hormonale et génétique (prédisposition familiale) touchant 1 homme sur 4 avant l’âge de 25 ans, et pratiquement 2 hommes sur 3 après l’âge de 45 ans ; les femmes sont surtout concernées après la ménopause (20 à 30%).

Bien que la calvitie ne soit pas une maladie, elle inquiète beaucoup en raison de l’extrême richesse symbolique véhiculée par la chevelure depuis l’Antiquité : attribut de beauté, de séduction, de puissance (Mythe de Samson) et de jeunesse.

La Recherche scientifique s’emploie à trouver les traitements du futur en essayant d’élucider le mécanisme de la chute et de localiser les gênes responsables dans notre ADN.

La chute de cheveux en quelques chiffres

  • 80 000 à 120 000 : nombre de cheveux d’une chevelure normale.
  • La densité des cheveux est à son maximum au niveau de la couronne hippocratique (zone située au-dessus de la nuque et des oreilles).
  • 1 cm/mois : rythme de croissance d’un cheveu, plus important en été qu’en hiver.
  • En France, 10 à 12 millions de personnes sont concernées par la chute des cheveux, tous âges confondus.
  • Si la moitié d’entre eux le vit bien, l’autre moitié en souffre.
  • 50 à 100 cheveux tombent normalement chaque jour, au-delà la chute devient anormale.
  • Plus la chute commence tôt, plus son évolution sera rapide et la calvitie importante.

La calvitie, pourquoi devient-on chauve ?

L’action hormonale (androgènes ou hormones mâles), combinée à une prédisposition génétique, aboutit à  une alopécie androgéno-génétique ou andro-génétique, dans plus de 90% des cas. Les hormones mâles (androgènes) vont raccourcir la durée de vie du cheveu et accélérer le cycle capillaire. Le potentiel de renouvellement du cheveu étant génétiquement limité, une fois épuisé par l’action hormonale, la calvitie apparaît. Seule la couronne hippocratique est épargnée par ce processus.

La chute des cheveux va progresser avec des phases aigues et des périodes de stabilité. Ce processus est appelé alopécie, la calvitie en est la conséquence, le stade ultime.

Une perte supérieure à 100 cheveux par jour signe un processus alopécique.

Les questions à vous poser

1) Avez-vous des membres de votre famille qui perdent leurs cheveux (frère, père, grand - père, oncle …) ?

2) Avez-vous constaté une augmentation de la perte de vos cheveux avec le temps ?

3) La perte de vos cheveux altère-t-elle l’image que vous avez de vous-même ?

4) Affecte-t-elle votre qualité de vie ?


Si vous avez répondu oui à l’une de ces questions, prendre RDV en ligne ou contactez nous : 01 53 70 93 93

À quel stade êtes vous ?

Chez l’homme
1
2
3
4
5
6

Stade 1 : alopécie débutante, pas d’indication de microgreffes de cheveux à ce stade.

Stade 2 : simple creusement des golfes, il est possible d’envisager une séance si le creusement des golfes est gênant ou mal vécu.

A partir des stades suivants les microgreffes de cheveux sont une méthode de choix de correction de la calvitie.

Stade 3 : creusement plus important, baisse de la densité des cheveux.

Stade 4 : apparition de la tonsure, dégarnissement frontal.

Stade 5 : dégarnissement frontal et au niveau du vertex.

Stade 6 : calvitie stade final, la couronne hippocratique est toujours conservée.

Chez la femme
1
2
3

Stade 1 : baisse de la densité, aspect clairsemé du sommet de crâne.

Stade 2 : dégarnissement plus important, mais conservation d’un bandeau frontal.

Stade 3 : calvitie finale, surface dégarnie du vertex, bandeau frontal et couronne hippocratique conservés.

Les microgreffes de cheveux sont actuellement la meilleure méthode pour corriger une calvitie féminine.