Calvitie homme et femme : certaines habitudes de coiffage peuvent être à l’origine d’une perte de cheveux.

Perte de cheveux et calvitie - Docteur Richard Aziza

La calvitie n’est pas une maladie. Elle est l’aboutissement d’un double déterminisme à la fois hormonal et génétique d’où son nom : alopécie androgéno-génétique.

Cependant, en dehors de ces facteurs hormonaux et génétiques, certaines habitudes de coiffage peuvent favoriser la chute voire la perte définitive de cheveux par agression physique, thermique ou chimique du cheveu.

Le plus connu, l’ammoniaque ou ses produits dérivés, utilisé pour les colorations, permanentes ou défrisage peut être traumatisant pour le cheveu par un effet déstructurant de la tige capillaire. Sa partie centrale (medulla) n’est plus protégée par les écailles de kératine empilées comme les tuiles d’un toit : condition nécessaire pour qu’un colorant puisse avoir un effet durable. Ces produits peuvent également entraîner des allergies.

Perte de cheveux et calvitie - Docteur Richard Aziza

Il en est de même pour les brushings intempestifs ou lissages répétés des cheveux pouvant entraîner un arrachement des bulbes capillaires par traction et au final une zone totalement dégarnie. Des cheveux trop tirés pour un chignon ou les extensions de cheveux peuvent aboutir aux mêmes dégâts.
C’est dire tout le soin nécessaire et les précautions lors du coiffage.

Les colorations « bio » dites naturelles ou végétales peuvent être une alternative. Mais les mentions « 100% naturelles ou 100% végétales » ne garantissent pas l’absence totale de substances chimiques, l’utilisation des termes “végétal” et “naturel” n’étant pas réglementée.

La prudence s’impose et mieux vaut avoir l’avis d’un salon de coiffure spécialisé dans les coloration ou défrisage en sachant que le bio reste encore le moins agressif sur la chevelure.

En cas de perte de cheveux, seules les micro-greffes pourront regarnir la zone traumatisée (notamment en cas de défrisage au niveau des zones temporales).

29 août 2018 à 10:00