Une avancée sur la chute de cheveux et la calvitie

Perte de cheveux et calvitie - Docteur Richard Aziza

Dr Richard AZIZA dans la presse
(Ouest-France / édition du soir : 26/10/2015 par Tatiana Lissitzky)

Plus d’un homme sur deux est concerné par la de chute de cheveux et la calvitie et 40 %
des femmes après la ménopause.

Une découverte des dermatologues de l’université de Columbia, à New York, redonne
l’espoir de trouver une molécule capable d’entrainer la repousse des cheveux.
Ce médicament a été isolé à partir d’un produit utilisé contre le cancer et la polyarthrite.
En cinq jours de traitement en application locale, une repousse a été constatée au
dixième jour.

Le but est de bloquer les cellules immunitaires qui attaquent la base du cheveu et
relancer leur pousse.

Les tests ont été encourageants sur les souris et sur des cheveux humains directement
greffés sur la peau des souris.

L’étude pourrait bientôt être élargie au traitement de la calvitie.
Mais prudence cependant : « Ce qui est efficace sur les souris, ne l’est pas forcément
sur les hommes, met en garde le Dr Richard Aziza, chirurgien plasticien français. Les
cheveux sont spécifiques à l’homme. On ne les retrouve nulle part dans le règne
animal ».

Pour l’auteur de « Chute des cheveux : quelles solutions ? », cette découverte est
intéressante, mais ne constitue pas encore un traitement miracle contre la calvitie.
Seuls deux traitements médicamenteux sont actuellement disponibles pour ceux qui en
souffrent : le Minoxidil, une lotion à appliquer sur les zones concernées et le Finastéride,
vendu sous forme de comprimés. Mais ces médicaments ne stoppent pas la chute des
cheveux, ils la ralentissent.

Solution ultime : la micro-greffe de cheveux.

« Aucun traitement existant ne permet aujourd’hui de faire repousser les cheveux.
Seule la greffe de follicule capillaire a fait la preuve de son efficacité, assure le Dr Richard AZIZA.
Nous prélevons les cheveux génétiquement programmés pour durer toute une vie niveau de la
couronne hippocratique (zone située au dessus de la nuque jusqu’aux oreilles),
pour les réimplanter dans les zones clairsemées. »

19 septembre 2017 à 6:45